Courtney Barnett - Tell Me How You Really Feel

par chibougue

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
5
8
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

30 mai 2018, 22:57

Image

Les premiers enregistrements de Courtney Barnett ayant eu le malheur de paraître alors que j'étais au plus fort de mon épisode de rage free jazz (à ce propos, lire ma chronique précédente), c'est surtout avec son album en tandem avec Kurt Vile sorti l'an dernier que j'ai pu faire connaissance avec la chanteuse australienne. Je me suis aussitôt pris de sympathie pour cette fille sympatouille à la voie traînarde et suis allé écouté son matériel plus ancien. Comme plusieurs avant moi, je suis tombé sous le charme de cette nonchalance avec laquelle elle nous les livre ses textes dans lesquels elle nous fait part avec humour de ses observations du quotidien.

Elle a son noyau d'admirateurs, la jeune dame, mais aussi quelques détracteurs qui ne supportent pas son chant (qu'ils trouvent monocorde), ses musiques (du rock indie qui manque de relief, selon eux) ou ses textes (on ne prise pas toujours ses jeux de mots et le regard ironique qu'elle jette sur le monde qui l'entoure). Avec sa nouvelle offrande ayant pour titre "Tell Me How You Really Feel", miss Barnett change deux éléments de sa formule sur trois: elle chante toujours de la même façon, mais côté musiques et côté paroles, elle secoue son plumage et réussit à nous offrir du neuf.



Du point de vue musical, l'album a beaucoup plus de mordant que ce à quoi cette chanteuse nous avait habitué. Les guitares sont plus pesantes, l'électricité plus sale. À cet égard, le feed-back qui triture la fin du premier morceau de l'album est très jouissif. Par moments, on est près de P.J. Harvey quand elle faisait encore sa punkette comme sur la tempêtueuse "I'm not your Mother, I'm not your Bitch". En tenant compte d'autres chansons plus lentes ou plus pop, nous avons droit à un programme tout de même assez varié, moins linéaire qu'auparavant. L'ensemble sonne comme un vieille galette grunge d'il y a vingt-cinq ans? Ça peut poser un problème pour certains, je concède.



Les textes ont suivi le même chemin que les musiques, ont progressé dans le même sens. Après avoir raconté les autres, Barnett plonge à l'intérieur d'elle pour mieux nous faire part des sentiments qui l'habitent. Le disque ne s'intitule pas "Tell Me How You Really Feel" pour rien! Elle s'affirme comme jamais, notamment sur "Hopefulessness", la sus-mentionnée "I'm not your Mother..." et l'excellente "Nameless, Faceless" où elle égratigne les petits malins qui se cachent derrière l'anonymat que leur procure les réseaux sociaux pour déverser leur fiel à qui mieux mieux. Elle y cite d'ailleurs au passage l'auteure féministe Margaret Atwood, l'album ayant une petite saveur #metoo. Elle ne prétend toutefois pas être infaillible et nous l'avoue avec le naturel qu'on lui connaît sur la bien nommée "Crippling Self-doubt and a General Lack of Confidence". (Quel titre!)

En somme, je passe un bon moment à chaque fois que je glisse ce cd dans mon lecteur. La lourdeur étouffante de "Hopefulesness", l'efficacité de "Need a Little Time" et "Nameless, Faceless", la rage de "I'm not your Mother, I'm not your Bitch" et, en fin de parcours, la lumière de "Sunday Roast" sont autant de bonnes raisons de se procurer l'album. Courtney Barnett a le don de composer des mélodies irrésistibles qui restent bien implantées dans le cerveau. "Tell Me How You Really Feel" est disque sans prétention qui fait très bien ce qu'il a à faire.


Default Avatar
pezzz
0
0
2
0
0
Inscription : 12 juin 2017, 13:35

31 mai 2018, 13:11

Pas encore écouté celui-là (ça devrait se faire au courant de l'été), mais ces temps-ci j'écoute beaucoup son "Sometimes I Sit...", et je suis particulièrement en amour avec Dead Fox. Bien hate d'entendre son p'tit nouveau! C'est de la musique à l'ambiance assez estivale, je trouve que la température actuelle s'y prête très bien.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
5
8
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

31 mai 2018, 14:24

Vrai. À la limite, c'est de la musique parfaite à écouter en cas de canicule!

J'aime beaucoup "Sometimes I Sit...", moi aussi. Ce nouveau disque est aussi bon mais plus grunge. Il devrait plaire aux amateurs de Liz Phair, Tanya Donelly ou The Breeders. D'ailleurs les soeurs Deal participent sur deux pièces.
Dernière édition par chibougue le 31 mai 2018, 22:43, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

31 mai 2018, 15:01

mais aussi quelques détracteurs qui ne supportent pas son chant (qu'ils trouvent monocorde), ses musiques (du rock indie qui manque de relief, selon eux)
c'est un peu l'impression que ca me donne: une combinaison de rock indie (déjà...) qui manque de relief et une voix monocorde, mais surtout à la tonalité ordinaire (le monocorde n'est pas un problème en soi si le tone est agréable)

Bref, à mon avis il faut surtout s'attarder aux textes ici.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
5
8
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

31 mai 2018, 18:57

Habituellement, les mots "rock indie" agissent comme un repoussoir pour moi, mais il y a des exceptions pour lesquelles je passe par dessus mes préjugés: les artistes qui abordent le genre avec originalité et ceux qui ont une personnalité qui se démarque du lot. Courtney Barnett fait partie de la seconde catégorie.

À mon avis d'ailleurs, l'intérêt que représente ce qu'elle nous propose ne réside pas que dans les textes, mais plutôt dans cette personnalité qui s'exprime, oui, dans les paroles de ses chansons, mais aussi dans son chant dont le côté indolent a quelque chose qui me charme, et ses musiques dont l'aspect relâché témoigne de la même nonchalance.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
5
8
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

31 mai 2018, 22:47

chibougue a écrit :
31 mai 2018, 14:24
Ce nouveau disque est aussi bon mais plus grunge.
À vrai dire, son premier disque avait ses côtés grunge lui-aussi. Dans le fond, "Tell Me How You Really Feel" est juste plus varié. Il y a plus de contrastes entre ses moments plus grunge et ceux plus soft. On a donc plus de... relief!

Default Avatar
The Melting POP
0
0
0
8
5
Inscription : 25 juil. 2017, 03:47

01 juin 2018, 08:44

Très belle découverte et très bon album. A mi chemin entre rock, garage et touche de minimalisme parfois. Une chose est sûre, elle frappe fort et je suis persuadé qu'elle va s'imposer durablement sur la scène indépendante. Et comme j'ai déjà dit elle me fait fort penser dans le style à Splendora qui avait signé le générique de la série Daria.


Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
5
8
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

01 juin 2018, 19:53

Ha! Ha! Que de souvenirs... C'est vrai que Splendora, ça se trouve dans un rayon pas très loin de celui qui où se situe Courtney Barnett. Cette dernière a quand même l'air plus sympathique que l'impassible Daria!

Default Avatar
The Melting POP
0
0
0
8
5
Inscription : 25 juil. 2017, 03:47

02 juin 2018, 03:17

chibougue a écrit :
01 juin 2018, 19:53
Ha! Ha! Que de souvenirs... C'est vrai que Splendora, ça se trouve dans un rayon pas très loin de celui qui où se situe Courtney Barnett. Cette dernière a quand même l'air plus sympathique que l'impassible Daria!
Tout à fait d'accord, mais Daria reste quand même un personnage culte!