Autechre - NTS sessions (un monstre!)

par jon8

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 mai 2018, 10:08

Image


À moitié passé sous le radar, un monstre est sorti le mois dernier: Un total de 4 sessions de Autechre, nommées ''NTS'' 1-4.

Du gros jus.

Je n'ai pas encore tout écouté, loin de là (des heures...) mais déjà la Session #3 -qui est très appréciée chez les fans hardcore- donne une idée. C'est le meilleur matériel de Autechre depuis des lunes, et je pèse mes mots. C'est très mécanique, cru, et digne du matériel récent, mais avec une touche qui rend le tout plus comestible et moins cérébral (enfin!). Faut quand même comprendre ici que c'est pas pour tout le monde... Autechre c'est Autechre. Et c'est parfois très très dry. Mais superbement produit, c'est impeccable.

Si le MOINDREMENT, vous êtes curieux de ce que 2018 peut produire en terme de musique électronique de pointe, vous avez le devoir d'écouter au minimum la session #3.




.


Image

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 mai 2018, 10:11

à noter que ça se ramasse sur RYM des notes de la trempe pré-Confield (2001), ce qui est en soit un exploit. Surtout que ça touche LES QUATRE sessions.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 mai 2018, 10:14

Un reviewer sur RYM à propos de la pièce-fleuve tt1pd (qui est vraiment capotante)

tt1pd is where things really get ridiculous, standing at 22 minutes, this track is the session's longest and also its' most affecting. Rhythmically driven above anything else, rattling percussion and a constantly shifting low end propel the first half. Abrasive synths end up stealing the show however, effectively consuming the track's melodic space with sounds unlike much else I've ever heard. Autechre didn't need to prove their mastery of sound design, but this track is an ineffable demonstration.

At around 9 minutes in, the track morphs stages while maintaining power. This 2nd rhythm reminds me of hip-hop, sparse rattling hi-hats and a gigantic, full-bodied bass component. The noises conjured here somehow surpass those from the first half, abrasive bursts of screeching sound leap electrified across artificial timbres to further empower an already complex foundation. Did I mention this song was TWENTY TWO MINUTES? There's always a risk of lengthier tracks losing my interest, but tt1pd still ends up feeling too short.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 mai 2018, 10:16

C'est quand même difficile de ne pas penser à Aphex Twin en écoutant certaines pièces, dont justement ce tt1pd... Mais le côté raw, abrasif, nous rappelle que Autechre c'est bien eux...

:wink:

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
6
6
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

11 mai 2018, 10:20

jon8 a écrit :
11 mai 2018, 10:08

C'est le meilleur matériel de Autechre depuis des lunes, et je pèse mes mots.
Je te fais confiance là-dessus!

Ma curiosité est piquée. À écouter dans les prochains moments de liberté!

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

12 mai 2018, 12:22

Vous pouvez tout écouter ici dans la boutique en ligne:

https://autechre.bleepstores.com/releas ... ssions-1-4



Là, je me demande si j'attaque la 2 ou la 4...

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

12 mai 2018, 18:47

Vu que c'est en écoute complète sur le site, je me permet de faire jouer toutes les autres sessions depuis le début de la journée...

C'est énorme, ce que le duo nous a pondu là. Wow.

Quel artiste ou band peut se vanter de produire quelque chose d'aussi créatif et d'aussi massif, près de 30 ans après ses débuts?

:shock: :shock: :shock:

Jetez une oreille sur la session 1

https://autechre.bleepstores.com/releas ... -session-1


... en particulier la pièce Four of Seven et son évolution jusqu'à la fin (13min)...

.

...puis la session 2

https://autechre.bleepstores.com/releas ... -session-2


avec Dummy Casual pt2, qui puise carrément dans le hip-hop, ou le trap ? Chibougue pourrait peut-être m'éclairer sur l'influence qui a pu jouer son rôle dans le beat du début, mais aussi celui vers lequel ça évolue...
Man, sérieusement, c'est du cutting edge solide ça! Ca sonne 2019! hahaha

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

12 mai 2018, 18:53

C'est quelque chose de monumental qui arrive comme ça, ici là, dans l'univers de la musique électronique. Je m'en rend compte à peine, à peine...



http://www.xsilence.net/disque-10794.htm


[Afin de rendre hommage à la diffusion en direct par Autechre des NTS Sessions et à l'excitation que cette initiative a suscité, cette chronique a été rédigée en live elle aussi, sur des feuilles en papier avec un stylo bic bleu pendant les deux heures durant lesquelles j'ai fait l'expérience de ma première écoute de cette Session 1. Vous êtes donc invités à ne pas prendre ce texte pour autre chose que de l'écriture automatique vaguement guidée par les algorithmes du duo anglais.]

18 minutes... ils sont pas là pour niaiser... Là on dirait que quelqu'un gratte le sol à l'envers. 1'30 avant qu'une rythmique pointe le bout de son nez alien, après une sorte de collage blip-bloupesque abstrait... Je ne suis déjà plus bien sûr que mon idée de rédaction à chaud ait été si judicieuse, me voilà contraint de produire à partir de quasi rien, en roue libre, autant essayer de créer un potager sur la surface de la Lune. Il vaudrait peut-être mieux que j'attende un peu plus patiemment, de toute manière l'instant présent est déjà dépassé et gnagnagna.

Bon c'est peut-être pas si désespéré que ça mon ambition de potager... une fois l'œil (ou le tympan) habitué au paysage, on appréhende davantage ce qui se passe, les machines insondables d'ae ne seraient-elles pas en train de la terraformer, cette foutue terre lunaire sans vie ? Les robots métalliques s'appliquent à décrire des chorégraphies cryptiques avec une régularité impressionnante, presque Fordienne dans le boum-paf. Ça m'a toujours épaté ça, la capacité du duo à faire une musique qui reste dansante malgré toute sa complexité et sa tendance à l'abstraction. 13 minutes, quelque chose vient de bouger... le beat a changé de texture, plus étouffé, et tous les 4 temps une note synthétique curieuse, entre l'orgue et le clavecin (recrachée par une imprimante 3D) s'élève pour remplacer la précédente. On dirait un instrumental trip-hop qui trainerait comme un zombie, le groove en ayant été sectionné afin que seule reste la menace dissonante d'un bad trip qui se mettrait en quête de t'engloutir si par malheur tu étais amené à croiser sa route.

Le temps que je me planque pour lui échapper, le morceau suivant a déjà commencé. "bqbqbq"... bbq ? Je repense bêtement à mon vieux potager, que j'ai laissé dans le cimetière des métaphores. Curieuse bestiole que celle-ci... ça commence comme un petit apéro enjoué chez les petits hommes verts, on ne comprend pas ce qui se dit dans les conversations mais les bleeps et les bloops trahissent une certaine légèreté et une ponctuation. Bien vite, ce sont des nappes basses qui viennent nuancer l'humeur. Le ton devient incertain, selon les notes on pourrait croire à de l'apaisement ou une menace sourde. Je sais pas pourquoi je me sens si souvent menacé en écoutant Autechre, je serais pas un peu parano ? Ce n'est pas l'arrivée d'une texture plus aquatique, vers 6 minutes dans le morceau, comme si les aliens étaient allé piquer une tête dans la piscine pour poursuivre leur conversation sous l'eau, qui aidera à décrypter tout ça.

Tout de même, j'aurai bien profité du répit, à picorer des olives mauves et du champagne au polonium, et tant mieux car la guerre est à nos portes ! Dans le vide spatial, "debris funk" attaque sévère. La coque de mon petit vaisseau encaisse courageusement l'assaut désorganisé des débris stellaires glitchées. Comme souvent chez Autechre, on se croirait dans un tuyau auquel on ferait subir toutes sortes de sévices physiques et chimiques. Mais je ne me plains pas trop fort, je garde mes lèvres closes, car je sens que les débris ne sont que la partie émergée de l'iceberg, du conflit intergalactique lourdement armé qui se déroule un peu plus loin. Je sens passer non loin de moi les navires de l'Empire, avec leurs longues plages synthétiques, imposantes et abrasives. Même une fois la tempête de débris calmée, on peut les entendre rôder. Heureusement la résistance se forme ! Et le duo des anglais devient, alors que démarre "l3 ctrl", les Starsky & Hutch du futur. La rythmique est entrainante, "tapetapetapetape...", et les synthés flingués entonnent à leur manière un thème héroïque, chaque répétition ajoutant une nouvelle couche sonore à la gloire de nos protagonistes à cyber-moustaches. L'épisode déroule sa trame et on voit bien que Sean Booth & Rob Brown sont mis à mal par les escarmouches de super vilains armés d'orgues électroniques imposants. On dirait même qu'à 10 minutes tout semble désespéré pour nos héros. Le tempo se chamboule, et décroît tandis que la Résistance égraine des munitions qui se font de plus en plus rares. L'orgue maléfique se dresse dans toute son évidente supériorité... les glitchs eux-mêmes gémissent, la souffrance est perceptible. Mis en déroute, le duo parvient à s'enfuir sans tomber dans les griffes des vils orgues que l'on entend faiblir dans l'arrière-plan. Mais la retraite ne sera pas de tout repos et ils devront passer par des conduits sombres et étroits dans lesquels leurs glitchs résonnent de bien étrange manière...

....et ça continue sur son site!

ça inspire solide, uh?
un peu partout sur le web, les commentaires sont trippants à lire!



:thumbup: :thumbup: :headphone:

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
6
6
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

12 mai 2018, 20:14

jon8 a écrit :
12 mai 2018, 18:47
avec Dummy Casual pt2, qui puise carrément dans le hip-hop, ou le trap ? Chibougue pourrait peut-être m'éclairer sur l'influence qui a pu jouer son rôle dans le beat du début, mais aussi celui vers lequel ça évolue...
Man, sérieusement, c'est du cutting edge solide ça! Ca sonne 2019! hahaha
Je n'ai pas encore écouté l'intro en question mais je te reviens là-dessus. Je peux quand même te dire qu'il me semble que le hip-hop exerce une influence sur Autechre depuis ses tout débuts. Si on peut trouver des traces des mouvances du style, comme le trap, dans ce qu'ils font maintenant, eh bien, ça signifie qu'ils sont toujours connectés, toujours allumés.

Autechre, je les vois un peu comme les Kraftwerk de notre époque. Ils ont réussi à devenir LA référence en électro. Même un créateur de jazz de pointe comme Tyshawn Sorey se réclame d'eux. Ils ont eu leurs hauts et leurs bas, mais dans l'ensemble, ils ont un parcours plus qu'exemplaire. Cette nouvelle parution m'a tout l'air d'un événement.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
6
6
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

12 mai 2018, 20:17

En ce qui concerne l'influence du hip-hop sur les débuts d'Autechre, Wikipedia (pour ce que ça vaut) confirme:

"The music of Autechre has shifted gradually throughout their career, from their earlier work's roots in techno, electro, and hip hop to later albums often considered experimental in nature, featuring complex computer-based drum programming, subdued melodies, and few stylistic conventions."

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
9
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

13 mai 2018, 20:43

merci Chibougue pour la précision!

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
0
9
6
6
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

13 mai 2018, 22:03

Je viens d'écouter "Dummy Casual pt2". D'accord pour les influences rap, trap... et ça frappe! Quel voyage mes amis!