Jean Leloup - L'Étrange Pays

par chibougue

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
5
6
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 juin 2019, 15:44

En tant que philosophe politique, je cite parfois (souvent même) dans mes travaux des poètes qui, en quelques lignes, parviennent à une lecture du réel beaucoup plus juste et acérée (et profonde) que des "penseurs" qui se gargarisent dans des concepts sur des milliers de pages. Entre Paul Valéry et Jacques Derrida par exemple, y'a pas photo finish, Valéry est un vrai penseur, Derrida un charlatan, malgré ce que leur "titre" peut suggérer.
Je n'en doute aucunement.

La masturbation intellectuelle est une grande menace chez les ''penseurs''... Le risque d'écrire pour se regarder écrire est bien réel. Le risque de penser pour se regarder penser est bien réel.

Encore une fois, au risque de me répéter, il est inutile de verser dans le cherry-picking et/ou choisir de comparer le pire d'un format avec le meilleur de l'autre. Les faits sont implacables: il y a plus de liberté dans le format livre que dans le format chanson. Period. C'est indiscutable.

Maintenant, à savoir si cette liberté est toujours mieux exploitée... c'est une autre question complètement. Qui ne m'intéresse pas pentoute.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
5
6
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 juin 2019, 16:12

À te lire, on dirait que tu penses que les auteurs de chansons sont des lâches, des peureux ou des paresseux.

Uhm, bonne question.
Est-ce que je trouve les auteurs de chansons lâches? Je ne pense pas, non. Sauf évidement s'ils n'ont pas le courage d'écrire de la vraie littérature. Dans ce cas là, eh bien c'est des lâches! haha

Mais s'ils le font par goût, par passion? Par choix conscient (des limites) et assumé? Pour l'amour de la musique et du métier?

Alors, non, ce n'est pas de la lâcheté.

Faut pas tout mêler, là!
Le type qui veut à tout prix utiliser la musique, comme outil, en se contre-calissant de la dite musique, pour passer un ''message'' (SA vérité, disons-le...) c'est quelqu'un de plus prétentieux que de lâche. Et, perso, j'ai plus de respect pour les lâches que pour les prétentieux. Mais malheureusement, j'ai bien peur que la prétention soit un plus gros problème que la lâcheté. Dans ce milieu précis.

J'pense pas que le dude avec sa guitare se lève un matin et se dit ''Ouin ouin ouin, écrire un livre c'est d'l'ostie de job, m'a écrire une chanson a place ca va être binque plus facile...''

Non.

C'est plutôt quelque chose comme ''Je dois absolument trouver de la musique pour porter ces mots merveilleux qui risquent de changer l'humanité de par leurs infinies sagesses woah je capote j'me roule un autre pétard''

Je caricature, bien sûr. Juste pour l'exemple.



mais lorsqu'elle est prise au sérieux, l'écriture de chanson peut être une entreprise très exigeante. Leonard Cohen passait des mois à élaborer le texte d'une seule chanson.

Même si c'est pour écrire le texte d'une chanson, plonger en dedans de soi et trouver les images justes pour témoigner de ce qu'on a vu - la beauté comme la laideur - n'est pas une sinécure.
La difficulté d'une tâche n'a rien à avoir avec sa valeur absolue. Tu peux parfaitement consacrer ta vie entière à quelque chose, et même y sacrifier 10,000 esclaves si tu veux, sans pour autant que ce soit véritablement important ou ayant de la valeur (dans le big picture of things cosmique... lol)

Si Hemingway devait mettre sa santé en péril pour qu'il réussisse à chier ses bouquins, est-ce que ca rend le livre meilleur? Non. Oui pour les gens qui se font impressionner par cette grossière illusion, mais non dans l'absolu. On s'en tape du process, sauf si tu en fait un argument marketing. Pis là, franchement, ca devient un package avec ton oeuvre (ahhh cet auteur en a bavé! que ce doit être bon!)....

D'ailleurs, ca me permet de revenir à Jean Leloup.
Cette dernière galette, eh bien elle n'aurait pas la moitié, que dis-je, le dixième de sa valeur si prise en dehors du background historique ''Leloup''. Certains adorent cet album parce que le guignol est devenu mature et 'meilleur' voire repentant (oh-oh-oh-pfft, mais c'est une autre discussion...) alors que d'autres (moi et mes ami(e)s) voient surtout de la fatigue.

Dans les deux cas, c'est toujours une évaluation faite en comparaison avec ''le vieux'' stock de Leloup. Son passé. Ce qu'il était (!).

Bottomline, un dude nowhere qui débarque avec cet album, il ne se fait peut-être même pas signer par un label sérieux. L'oeuvre n'est rien* sans les autres oeuvres.

Rien* dans le sens que c'est pas un fuckin 4 étoiles et demi.....

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
5
6
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 juin 2019, 16:20

Bottomline, un dude nowhere qui débarque avec cet album, il ne se fait peut-être même pas signer par un label sérieux. L'oeuvre n'est rien* sans les autres oeuvres.

Rien* dans le sens que c'est pas un fuckin 4 étoiles et demi.....
Même chose pour le dernier album de David Bowie.

Combien de demi étoiles il a réussi à arracher parce qu'il est mort 2 jours après le lancement ???

La beauté c'est que Bowie le savait! La beauté c'est que, juste ça, juste ce stunt, ca dépassait toutes les paroles de son album. Et il le savait! C'est ça la beauté réelle.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
5
6
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

11 juin 2019, 17:08

https://www.lapresse.ca/arts/litteratur ... e-snob.php


Alors que la littérature dite « de genre » est souvent boudée par le milieu littéraire - des critiques aux prix littéraires -, c'est elle, paradoxalement, qui trouve souvent le plus d'adeptes chez les lecteurs.

imaginez vous donc qu'il y a même de la bisbille dans la belle famille de la ''vraie'' littérature....

ô surprise

;)

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
5
7
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

11 juin 2019, 21:43

jon8 a écrit :
11 juin 2019, 16:12

D'ailleurs, ca me permet de revenir à Jean Leloup.
Cette dernière galette, eh bien elle n'aurait pas la moitié, que dis-je, le dixième de sa valeur si prise en dehors du background historique ''Leloup''. Certains adorent cet album parce que le guignol est devenu mature et 'meilleur' voire repentant (oh-oh-oh-pfft, mais c'est une autre discussion...) alors que d'autres (moi et mes ami(e)s) voient surtout de la fatigue.

Dans les deux cas, c'est toujours une évaluation faite en comparaison avec ''le vieux'' stock de Leloup. Son passé. Ce qu'il était (!).

Bottomline, un dude nowhere qui débarque avec cet album, il ne se fait peut-être même pas signer par un label sérieux. L'oeuvre n'est rien* sans les autres oeuvres.

Rien* dans le sens que c'est pas un fuckin 4 étoiles et demi.....
Je vois les choses autrement que toi.

Même si on ne peut jamais faire abstraction du contexte dans lequel une oeuvre est née (dans le cas qui nous occupe, mettons que ce contexte, c'est la carrière de Leloup), je ne crois pas que "L'Étrange Pays" ne soit un bon disque que si on le compare aux albums qui l'ont précédé. D'ailleurs, ce Jean Leloup plus "mature" ne vient pas d'apparaître avec ce nouvel album. On a pu le voir vieillir de disque en disque depuis, je dirais, "La Vallée des Réputations".

Je suis plutôt d'avis que les qualités littéraires et musicales de ce nouvel opus brillent par elles-mêmes. Oui: musicales!! Les premières fois que j'ai écouté cet album, je l'ai fait tout en travaillant, en ne m'attardant pas particulièrement aux textes . Eh bien, il me charmait déjà. Le jeu de guitare de Leloup, son phrasé identifiable entre mille, l'ambiance générale du disque: tout cela me plaisait dès les premières écoutes. Oui, quand je me suis mis à analyser ce que le mec raconte, il m'a encore plus impressionné, mais on ne peut pas, à mon avis, dire que musicalement, il ne vaut rien. Le quatre étoiles et demi qu'on lui a accordé ne me semble pas déplacé.

Maintenant, est-ce que la même oeuvre présentée pas un artiste inconnu aurait attiré l'attention d'un label sérieux? Difficile à dire car malgré ses très grandes forces, cet album ne ressemble en rien à ce que les maisons de disques recherchent de nos jours. C'est drôle, mais je me disais déjà ça un peu avant la parution du "Dôme", il y a plusieurs années. Le premier simple, "I Lost my Baby", était pour moi (et elle l'est encore) une chanson mineure au texte bâclé et à l'accompagnement musical très sommaire. Elle jouait surtout à la radio parce que c'était la première chanson du Wolf après un silence de sept ou huit ans. Heureusement, le reste du disque était beaucoup plus fort. Je n'ai jamais compris le succès que s'est mérité ce titre qui, selon moi, est de beaucoup inférieur à tout ce qui se retrouve sur "L'Étrange Pays". Même approche acoustique, mais pas la même maturité artistique du tout. (Et je ne parle pas du fait que le bouffon ce soit calmé.)

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
5
6
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

12 juin 2019, 13:34

mais on ne peut pas, à mon avis, dire que musicalement, il ne vaut rien. Le quatre étoiles et demi qu'on lui a accordé ne me semble pas déplacé.
4.5 étoiles c'est quelque chose qui ne devrait être donné qu'aux grands chef d'oeuvres. On parle de trucs rarissimes qui arrivent seulement quelques fois par décennie. Sauf bien sûr si on s'autorise du 5 étoiles, ce qui est un peu absurde (le concept de la perfection)...

Bref, du 4.5 étoiles c'est du sérieux. C'est l'aiguille qui tape dans le fond du cadran. Et à la base, je ne considère même pas que du Jean Leloup -comme artiste- puisse taper dans le fond du cadran. Sauf au travers du prisme québéco-centré.

Pardonnez, chers amis, ma lucidité. Je n'avais nulle intention de pisser dans ce champagne (qui est du cidre pétillant).

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
5
7
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

12 juin 2019, 21:29

jon8 a écrit :
12 juin 2019, 13:34
Pardonnez, chers amis, ma lucidité. Je n'avais nulle intention de pisser dans ce champagne (qui est du cidre pétillant).
Ha ha! :crying:

Ce n'est pas la première fois que j'en parle, mais je trouve que le modèle de Médiafilm se compare bien avec ma façon de voir les choses. Les gens de Médiafilm n'accordent la cote 1 (chef-d'oeuvre) qu'à des films ayant plus de vingts ans. Ça me semble logique: avant de crier au génie, laissons le temps faire son oeuvre.

Par contre, la cote 2 (remarquable, ce qui serait l'équivalent d'un quatre étoiles et demi) est décernée à une poignée de films à chaque année. Les cotes 3 et 4 (très bon et bon) sont plus fréquentes.

Jusqu'à maintenant cette année, quatre albums recevraient quatre étoiles et demi en ce qui me concerne: le Fire! Orchestra, le Patty Griffin, le Little Simz et le Vijay Iyer & Craig Taborn. Le disque de Jean Leloup se trouve dans une zone plus nébuleuse quelque part entre le quatre étoiles et le quatre étoiles et demi.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
5
6
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

14 juin 2019, 14:06

Je faisais surtout mention à Sylvain Cormier (Le Devoir) et Alain Brunet (La Presse), avec les deux une note de 4 étoiles et demi.

Corrigez-moi si je me trompe, mais ni un ni l'autre ne garoche du 4.5 à tous vents.

Je serais bien curieux, d'ailleurs, de voir les 3 ou 4 derniers albums 4.5 ou 5 étoiles de nos chers critiques locaux... et surtout, les dates ou % d'attributions v.s. l'ensemble des albums critiqués.

...ouais, parce que lancer du 4.5 ou 5 c'est une chose, mais c'est le pourcentage sur l'ensemble qui est important. Plus c'est rare, plus la valeur augmente. Dans le vin, Robert Parker avec ses 100/100 qu'il distribue comme des bonbons à l'halloween, n'arrive pas à la cheville de la crédibilité d'une note de Jancis Robinson, qui se garde une grosse gêne quant aux trucs supposément parfaits ou quasi...

Bref, je doute que Cormier et Brunet soient ''Parkerisés''. Je pense que le problème est ailleurs et c'est peut-être, ou probablement, un mix de complaisance (faune media-artistico-québécoise...) et du biais que j'explique plus haut concernant le legacy de Leloup.


Meanwhile.... ce dernier album ne récolte qu'un maigre 3.16 sur RYM, ce qui est à la fois faible dans l'absolu mais également faible dans la discographie de Leloup lui-même (pas le pire mais pas loin).

Il reste quoi alors pour ''prouver'' que cet album est si génial? Eh bien les chiffres de ventes.

Ca va dépasser l'album d'avant, A Paradis City? pourtant pas le meilleur non plus de la discographie, mais qui a réussi des ventes au delà de 100,000....


https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/75 ... 015-canada



https://fr.wikipedia.org/wiki/Albums_qu ... A9_platine

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
5
6
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

14 juin 2019, 14:23

Don't get my wrong, en passant...

Je ne vais pas sortir l'épée pour décapiter cet album. Je suis plus du côté de l'indifférence et de la douce curiosité que sur l'envie de démolir de la galette.

Curieux parce que je n'ai pas souvent été témoin d'un décalage aussi profond entre appréciations positives et appréciations négatives. Ma chère amie Isabelle a carrément annoncée la fin de Jean Leloup tellement cet album l'a décue. Mais bon, elle chiâle sur Leloup depuis Milles excuses milady... C'est juste que là, elle a verbalisé son enterrement! :crying:
Non, sans blague, elle a dit ''Il est malade? il va tu mourir?!''

Pis là, j'sais pas trop pourquoi j'ai osé, j'ai parlé des commentaires d'ici et des critiques Brunet/Cormier, pis sa réaction n'était pas bien gentille donc je ne vais pas la répéter mais je me suis retrouvé à défendre vos points de vue et Leloup du même coup (!) ce qui a transformé un mardi tranquille en espèce de débat surréaliste. Heureusement, ce vin blanc grec, tout en douceur, est venu alléger l'ambiance un brin, je lui donne un 4/5 je peux vous donner le nom si vous voulez.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
5
7
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

14 juin 2019, 20:31

jon8 a écrit :
14 juin 2019, 14:23
Pis là, j'sais pas trop pourquoi j'ai osé, j'ai parlé des commentaires d'ici et des critiques Brunet/Cormier, pis sa réaction n'était pas bien gentille donc je ne vais pas la répéter mais je me suis retrouvé à défendre vos points de vue et Leloup du même coup (!) ce qui a transformé un mardi tranquille en espèce de débat surréaliste. Heureusement, ce vin blanc grec, tout en douceur, est venu alléger l'ambiance un brin, je lui donne un 4/5 je peux vous donner le nom si vous voulez.
:crying: :crying: :crying: :crying: :crying: :crying: :crying: :crying: :crying: :crying: :crying:

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
5
7
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

14 juin 2019, 21:39

Pour le vin grec, je suis curieux. S'il a réussi à te sortir d'une situation aussi infernale (tu te faisais quand même l'avocat du diable), il devrait pouvoir me tirer des dangers les plus pittoresques.