Jean Leloup - L'Étrange Pays

par chibougue

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
7
0
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

27 mai 2019, 23:07



À la fin des années quatre-vingt, l'arrivée de Jean Leloup fut un réel électrochoc dans le paysage musical québécois et dans ma vie d'adolescent déjà mélomane. Avec Richard Desjardins qui se faisait connaître du grand public à la même époque, il brassait la baraque et nous montrait que dans le domaine de la chanson à texte faite au Québec, il existait finalement autre chose que les sempiternels Rivard, Piché et Séguin. Ah Leloup... Nous n'avions pas vu personnage aussi fou braque depuis le jeune Charlebois et son Osstidcho,

Après un premier album à la réalisation trop proprette, paraissaient "L'Amour et Sans Pitié" (1990) et "Le Dôme" (1996) qui demeurent aujourd'hui deux grands disques. Après, ce fut un peu plus à l'image de l'imprévisibilité de l'artiste: inégal. Mon pote Martin m'a un jour fait remarqué que le Jean est devenu moins intéressant à partir du moment où il s'est mis à s'accompagner de sa guitare et de se perdre dans des jams qui n'en finissaient plus. Pas faux. Il fallut attendre des décennies, jusqu'à "Paradis City" en 2015 en fait, pour avoir un album du mec qu'on pouvait apprécier d'un bout à l'autre sans se lasser.



Il y a quelques jours, l'annonce de la parution-surprise d'un nouvel album sur lequel Leloup s'exécuterait fin seul accompagné de sa guitare me laissait dubitatif. Allions-nous avoir, encore une fois, droit à des improvisations qui s'étirent jusqu'à péter l'élastique de notre intérêt? Nenni! Nous trouvons plutôt un Jean Leloup qui fait passer ses compositions avant le plaisir de les jouer. Et quelles compos! Pus mature que jamais (à près de soixante ans, c'est temps, j'imagine) il chante la vie, la mort, la quête de sens et l'héritage laissé par ses parents. Les mots (il y en a beaucoup...) sont diablement bien agencés et déclamés par cette voix inimitable qu'une guitare juste assez rudimentaire accompagne à merveille. Du gros stock!

À mon sens, ce disque enregistré un peu partout autour du globe est, après ses deux grands crus des années quatre-vingt-dix, sa troisième oeuvre maîtresse. Et vous, qu'en pensez-vous?

En écoute sur bandcamp:


Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
7
2
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

30 mai 2019, 12:05

À mon sens, ce disque enregistré un peu partout autour du globe est, après ses deux grands crus des années quatre-vingt-dix, sa troisième oeuvre maîtresse. Et vous, qu'en pensez-vous?

si tôt ?!?!

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
7
0
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

30 mai 2019, 14:45

jon8 a écrit :
30 mai 2019, 12:05
À mon sens, ce disque enregistré un peu partout autour du globe est, après ses deux grands crus des années quatre-vingt-dix, sa troisième oeuvre maîtresse. Et vous, qu'en pensez-vous?

si tôt ?!?!
Tu as raison: je devrais laisser le temps faire son oeuvre avant de faire de telles affirmations! Je m'emballe souvent un peu vite... J'ai quand même réécouté à quelques reprises et pour l'instant, ça tient toujours la route. Je ne sais pas si cet "Étrange Pays" a tout pour devenir un classique de la trempe du "Dôme" ou de "L'Amour...", mais je crois qu'au final, il ne sera pas loin derrière eux. Certains déplorent le manque d'arrangements. De mon côté je crois que ces chansons sont assez fortes et assez bien interprétées pour s'en passer. Beaucoup moins inégal que bien d'autres galettes du bonhomme.

Anyway, je vais devoir revenir sur le sujet dans quelques temps. Pour l'instant, mon texte s'attarde surtout sur la place qu'occupe ce disque dans la carrière de Leloup. Je ne l'ai pas encore analysé bien en profondeur!

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
7
2
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

30 mai 2019, 18:07

Je ne suis pas un expert de Leloup, loin de là, mais j'aime beaucoup le personnage, que je suis depuis ses débuts, depuis mon adolescence.

Je n'ai pas (encore) acheté cet album et je ne sais pas si je vais le faire. Ca me semble triste, mélancolique mais surtout nostalgique. Comme un vieux rockeur qui découvre, Ô surprise, qu'il va aussi mourir, comme tout l'monde. Il se rabat alors sur l'écriture et délaisse la musique.

Parce que, non, la musique n'est pas très glorieuse, ici. On va garocher du ''intime'' et du ''épuré'' par ici et par là bas, mais dans les faits c'est peut-être juste une excuse pour autre chose. Un vide, ou même la vision d'un vide qui s'en vient en courant.

Chose certaine, n'est pas Nick Drake qui veut. Chose certaine; la drive, la folie, le délire de Leloup s'efface dans cet album pour faire place à autre chose.

Avec le temps, peut-être que les grands dieux de la musique vont décider que c'est dans ses meilleures oeuvres mais pour le moment ça me donne juste envie de dire ''ah ouin, c'est déjà fini, on est vieux?''

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
7
2
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

30 mai 2019, 18:27

Impossible pour moi de ne pas faire de rapprochement entre ce L'étrange Pays et Pink Moon de Nick Drake...

Je viens de me taper le contraste entre les deux, guit' acoustique pour guit acoustique, feeling intimiste pour feeling intimiste.... C'est même pas la même ligue, même pas le même sport. Alors que ça devrait.

Je comprends que Leloup voulait éviter la grosse prod' mais le résultat final aurait grandement gagné à une meilleure production au feeling plus intime.

À mon avis, une occasion ratée. Mais bon, la critique locale sera complaisante avec notre vieux rebel. Pis c'est bin correct de même...

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
7
2
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

30 mai 2019, 18:35

tiens par curiosité, voyons ce que RYM en dit de Leloup

https://rateyourmusic.com/artist/jean-leloup


Son peak, de 1996 à 2002, ce qui n'est pas surprenant.

Le dôme
Les Fourmis
La vallée des réputations

Le trio au coude à coude, ce qui ne me surprend pas non plus.

Ce nouvel album se classe, pour le moment, en 6e position. Sur 8 au total. Ce n'est pas exactement ce que nous pourrions considérer comme un bon score, mais ca vient de paraitre et c'est sur un site anglo...

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
7
0
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

30 mai 2019, 20:49

jon8 a écrit :
30 mai 2019, 18:07
Chose certaine; la drive, la folie, le délire de Leloup s'efface dans cet album pour faire place à autre chose.
Vrai, mais je ne trouve pas qu'on y perd quoi que ce soit. Le voir plus apaisé, moins guignol, en entrevue fait du bien. À bientôt soixante ans, il n'a plus rien à prouver et fait ce qu'il aime, un point c'est tout. La folie n'y est peut-être plus, mais ça demeure du Leloup pure-jus. Je ne crois pas qu'il ait perdu l'originalité qui le distinguait des autres sur la scène québécoise.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
7
2
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

30 mai 2019, 20:54

Ahh tu vois, c'est ça. Tu n'aimes pas la version Leloup un peu guignol, alors que pour moi c'est sa signature, son empreinte, son identité.
Je ne crois pas qu'il ait perdu l'originalité qui le distinguait des autres sur la scène québécoise.
Mais, justement, on s'en fout des autres, surtout sur le micro-marché québécois... S'il a perdu de l'originalité, ce n'est qu'en comparaison avec lui-même.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
7
0
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

30 mai 2019, 21:03

jon8 a écrit :
30 mai 2019, 18:07

Ca me semble triste, mélancolique mais surtout nostalgique. Comme un vieux rockeur qui découvre, Ô surprise, qu'il va aussi mourir, comme tout l'monde. Il se rabat alors sur l'écriture et délaisse la musique.
Comme tout le monde, il vieillit et voit l'ombre de la mort se profiler. Il a d'ailleurs perdu son père alors qu'il travaillait à ce disque. Face à cela, il se questionne, il réfléchit et c'est normal que, comme tout artiste, il crée des oeuvres à partir de ses préoccupations. C'est aussi normal qu'il nous en fasse part avec des mots.

Je ne pense pas qu'il délaisse la musique pour autant. Les mélodies sont bonnes sur ce disque et son jeu de guitare, bien que n'ayant rien de virtuose, est intéressant. Comme il l'a dit en entrevue, il voulait seulement enregistrer ces chanson tout de suite après en avoir terminé l'écriture au lieu de passer par l'étape des arrangements, celle du studio et tout et tout...

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
7
2
7
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

30 mai 2019, 21:05

J'ai acheté la pièce Les goélands.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
7
0
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

30 mai 2019, 21:06

jon8 a écrit :
30 mai 2019, 20:54
Ahh tu vois, c'est ça. Tu n'aimes pas la version Leloup un peu guignol, alors que pour moi c'est sa signature, son empreinte, son identité.
Je ne crois pas qu'il ait perdu l'originalité qui le distinguait des autres sur la scène québécoise.
Mais, justement, on s'en fout des autres, surtout sur le micro-marché québécois... S'il a perdu de l'originalité, ce n'est qu'en comparaison avec lui-même.
Au contraire, je l'aimais bien le Leloup plus guignol mais en même temps, j'ai toujours senti qu'il se servait de ce personnage par insécurité, pour se protéger. C'est bien qu'il ait réussi à enlever ce masque qui aurait pu lui coller au visage.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
7
0
4
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

30 mai 2019, 21:07

jon8 a écrit :
30 mai 2019, 21:05
J'ai acheté la pièce Les goélands.
Un de mes coups de coeur immédiats sur cet album! :excellent: