Journal de Montréal papier versus web

par Verbo

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 15:21

Ici on nous parle des chroniqueurs généralistes en 1984...

https://books.google.ca/books?id=wlgnDw ... ia&f=false


Juste 4... Leur vraie chose en commun, c'est d'être chroniqueurs.

Chacun son public aussi. On lisait le journal chacun pour ses raisons.

https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9p ... humoriste)


Dans l'humour il a eu des bons concepts et il était à Croc aussi mais dont je n'étais pas vraiment un lecteur ou très occasionnel.

Parfois, tu les trouves très bons pour de vrai mais au final , j'aime pas vraiment, cela devient niaiseux.

C'est comme les Têtes à Claques, c'est archi efficace et maudit niaiseux tu aimes qu'il défonce le cliché mais un coup que cela a été trop répété... Ce n'est plus drôle, c'est la surprise qui est bonne. Le numéro connu peut rester un sketch qui marque mais après c'est fini. Tu peux développer quelques histoires autour des personnages mais c'est l'effet surprise qui est le meilleur.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 15:32

https://www.actualites.uqam.ca/2015/le- ... n-mutation


«Quand j'ai commencé à exercer le métier de journaliste, au milieu des années 80, les chroniqueurs étaient peu nombreux, se rappelle l'éditorialiste et rédactrice en chef du Devoir, Josée Boileau (B.A. communication, 87). Il y avait André Rufiange au Journal de Montréal, Nathalie Petrowski au Devoir, Lysiane Gagnon et Pierre Foglia à La Presse. Depuis, leur nombre a explosé.»

Plus vieille que moi Boileau et une lecture très différente.

Foglia j'avoue que son opinion m'influençait à partir de 1988 mais c'est beaucoup plus sa vision de la vie, son amour du sport, ses chats...

RBO sont plus proches de Foglia mais RBO des années '80.

Nathalie Petrowski ? Au final je l'aime bien mais Croc avait raison sur elle avec son Sépatroskadi... Elle a du style, elle aussi, elle est fonceuse mais ne vient pas me faire skier avec son opinion, elle n'a aucune importance et pour le cinéma pareil, c'est juste pour alimenter une joute, un effet de style. Elle a pareil des éléments de réponse.

Lysiane Gagnon ? On la lisait pour le cours de politique. Une chroniqueuse peut-être péquiste.

Rufiange, je le connais pas sauf les émissions et encore j'étais jeune mais je connais les thèmes des Joyeux Troubadours.


Foglia c'est un chroniqueur mais proche de l'essayiste bien que cela dépend des années et des textes et essai d'humeur.

Bugingo peut-être dans certaines choses mais pas vraiment. On parle d'avoir du talent.

Laporte en a un mais différent. Il est plus kétaine que Réjean Tremblay.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 15:42

Foglia je connectais avec mais chacun a son propre Foglia.


Josée Blanchette aussi mais bien différent et elle cela pouvait se rapprocher de Languirand pour qui lui mes sentiments variaient dans le temps.

Foglia vers la fin, les dix dernières années ? Ce n'était plus comme avant, pour moi. Mais parfois encore oui. C'est pas l'actualité c'est la philosophie de vie et pas obligé d'avoir exactement la même, pour parler de la vie.

Personne ne fait cela ou il y en avait bien des animateurs radio mais une façon de voir qui n'est pas la mienne ou qui peut être intéressante à écouter à la radio mais svp pas ton gourou.

Foglia n'était pas mon gourou pas à ce point mais on l'admire comme on admire RBO. Mais ce n'est le journaliste rigoureux pour vraiment faire des enquêtes, il est plus faire de la vraie chronique , une chronique plus littéraire que journalistique. Quoique sur certaines controverses, il devenait presqu'une grande gueule comme de nos jours. Franchement s'il n'avait été que cela, on l'aurait pas aimé autant.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 15:53

http://legoulag.blogspot.ca/2015/04/au-present_29.html


Il y avait peu de chroniqueurs, la comparaison est là. Mais ce qu'il y a aujourd'hui c'est de l'opinion alors que pour moi une vraie chronique ce n'est pas cela, ton opinion n'est pas importante sinon je serais devenu végétarien avec Josée Blanchette.

C'est la façon que tu parles de ton sujet. Pas ton opinion personnelle.

J'ai les textes de Pierre Beaulieu au sport et il rencontre un coach de hockey, ils n'ont pas la même vision de la vie.

Ou alors Henri Richard et Foglia ? Ils ont bien des différences et aussi certaines ressemblances. Foglia a le plus grand des respects pour Henri Richard dans ce vieux texte.

Johnny Rougeau dans sa bio citait Foglia qui lui rendait hommage. Pourtant les deux hommes semblent aux antipodes mais pas sur tout. Rougeau était un homme de discipline et de travail et inculquait cela aux jeunes et voulait aussi qu'ils mettent du sérieux dans leurs études. Ce n'était pas sa chronique c'est quand il était aux sports mais sa vision de la vie reste en harmonie.

C'est pas parce qu'il vote pour Amir Khadir ou pour Françoise que tu le lis.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 16:06

Intéressant ici le commentaire de commenteux, il y a 4 ans.

Il parle de chronique humoristique autant pour Rufiange que Beaudry. Beaudry ? Je le trouve sans intérêt, juste un peu à l'époque imitant Mario Tremblay mais à part de cela, pas mon genre d'humour. Tant mieux pour lui pareil si cela fonctionne.

http://www.journaldemontreal.com/2014/0 ... s-mon-pere


Foglia, il y a une forme d'humour aussi mais nécessairement dans la vie cela fait partie du tout. Beaudry c'est juste un comique mais qui n'a pas tellement d'esprit, à mes yeux. Chacun ses goûts.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 16:15

Martineau ici parle un peu de Rufiange.

http://www.journaldemontreal.com/2014/0 ... e-montreal


Je n'aime pas le style d'écriture à Martineau et ce même quand je suis d'accord avec lui. Par contre, il lirait cela à haute voix ou plutôt sans textes du tout et dans celui là bien son discours ici n'est pas mauvais, il ne sait juste pas écrire. Et d'autres alors ? Ils ne se forcent pas assez ?

Ce peut être une question de médium et d'interprétation du lieu pour. Martineau, je le trouvais vraiment, vraiment excellent comme grande gueule aux Francs Tireurs, vraiment plus maintenant. Le Voir n'était pas mon journal bien que je le prenais à l'occasion et en le trouvant essentiel pareil à l'époque, pas pour moi mais pour la culture et cela fait des externalités pour tous.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 16:23

http://papivor-406.skyrock.com/26672156 ... lleur.html


Difficile à dire mais cela va vers l'humour mais avait-il de l'esprit ou pas ?

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 16:30

La description suivante ?

https://www.amazon.ca/Voyou-Parmi-Stars ... 2890891259


Je penserais à un Paolo Noël de l'écrit.

Foglia c'est un tout autre style mais on peut comprendre les comparaisons versus les différences entre les deux journaux.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 16:40

Rien à faire le Journal de Montréal aurait pas été mon Journal mais à l'occasion sûrement, mais cela tâchait tellement les doigts.

Avatar de l’utilisateur
VanBasten
0
0
7
5
3
Inscription : 18 mai 2017, 22:59

30 nov. 2017, 16:56

Rufiange était populaire parce qu'il était confortable pour le lectorat du JdM de l,époque , c'est pour ça que j'affirme qu'il y a zéro comparaison avec Foglia à part leur popularité.

Peu de ses écrits voire zéro ont traversé les époques parce que justement ses textes s'adressaient au public de son époque, et on le sait les chroniques d'humeur/humour (Rufiange a toujours refusé le terme chroniqueur humoristique) ont tendance à mal vieillir. Alors que Foglia flirtait avec le séditieux compte tenu du côté conservateur/Catholique de La Presse , Rufiange était davantage un cabotin soft qui faisait des jokes qui plaisait un peu à tout le monde des classes populaires.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 21:43

VanBasten a écrit :
30 nov. 2017, 16:56
Rufiange était populaire parce qu'il était confortable pour le lectorat du JdM de l,époque , c'est pour ça que j'affirme qu'il y a zéro comparaison avec Foglia à part leur popularité.

Peu de ses écrits voire zéro ont traversé les époques parce que justement ses textes s'adressaient au public de son époque, et on le sait les chroniques d'humeur/humour (Rufiange a toujours refusé le terme chroniqueur humoristique) ont tendance à mal vieillir. Alors que Foglia flirtait avec le séditieux compte tenu du côté conservateur/Catholique de La Presse , Rufiange était davantage un cabotin soft qui faisait des jokes qui plaisait un peu à tout le monde des classes populaires.

Cela me fait presque penser ses comparaisons à ma petite enfance et aux émissions pour enfants du Canal 10 versus Radio-Canada ou Radio-Québec.

Au 10, Roger Giguère dans Patof, Patof lui même je ne l'aimais pas moi. Roger et ses personnages oui.

et on va comparer même si différents puisque c'est l'époque qu'on compare.

Avec Sol et Gobelet.

Pas la même chose du tout.



Monsieur Tranquille, je ne l'aime pas tout le temps mais en partie oui, les personnages autres joués par Giguère de Patof oui.


Pas le même style du tout mais pas polically correct ni à un poste ni l'autre. Desrosiers je l'aimerais peut-être plus mais j'avais ma boîte à lunch Patof en maternelle.

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

30 nov. 2017, 22:01

Rufiange ne vient pas du même monde mais les deux n'ont pas peur de s'exprimer et ne mettent pas de gants blancs.

Foglia c'est un typographe et aussi impliqué dans le milieu syndical et avec un don pour l'écriture.

Rufiange c'est le milieu du show-bizz et un scripteur et un peu celui populaire et presqu'en lien avec les cabarets et cette époque là.