Larry Tremblay - Le Deuxième Mari

par chibougue

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
9
5
6
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

16 nov. 2019, 21:15

Image

Il y a quelques années, plusieurs lecteurs se sont pâmés pour "L'Orangeraie" de Larry Tremblay. Avec raison. Selon moi, le dernier roman de l'auteur lui est toutefois supérieur.

Même de nos jours en 2019, il y a certaines sociétés pour lesquelles les femmes sont des citoyennes de seconde zone: elles ne doivent pas étudier, pas travailler, pas montrer quelques centimètres de peau de trop, pas rechigner quand leur famille leur a choisi un mari beaucoup plus vieux qu'elles et dont elles ignorent tout. Tremblay a eu l'idée de renverser les rôles: dans son livre, ce sont les hommes qui doivent obéir ou sinon, mourir.

C'est raconté avec la plume affûtée de Tremblay, avec toute la subtilité, mais aussi toute la violence dont il est capable. Très fort!

https://editionsalto.com/catalogue/le-deuxieme-mari/

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
3
3
9
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

16 nov. 2019, 22:09

Même de nos jours en 2019, il y a certaines sociétés pour lesquelles les femmes sont des citoyennes de seconde zone: elles ne doivent pas étudier, pas travailler, pas montrer quelques centimètres de peau de trop, pas rechigner quand leur famille leur a choisi un mari beaucoup plus vieux qu'elles et dont elles ignorent tout. Tremblay a eu l'idée de renverser les rôles: dans son livre, ce sont les hommes qui doivent obéir ou sinon, mourir.
c'est très têteux, comme concept.

le mâle qui s'excuse d'exister, c'est la nouvelle mode?


Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
9
5
6
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

17 nov. 2019, 06:41

Ce qui peut paraître "têteux" chez nous par les temps qui courent peut être hautement subversif ailleurs.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
3
3
9
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

18 nov. 2019, 12:03

Je n'ai pas lu le bouquin en question et j'ignore s'il a traité le sujet avec nuances et subtilités, mais tout porte à croire que le concept même tombe tête première dans le piège de la pirouette bien-pensante qui alimente la dynamique de guerre des sexes qui s'installe insidieusement dans le débat public en ce moment.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
3
3
9
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

18 nov. 2019, 14:48

Tu vois, Chibougue, c'est un exemple frappant.

Un exemple parmi des milliers d'autres, qui envahi la sphère médiatique.

Combien de sophismes en un seul weblink, ou avec un seul concept de livre?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme# ... fallacieux



Plein. Dont l'appel à l'émotion, à la pitié, argumentum ad misericordiam...


L'homme -le mâle- est un prédateur dangereux dont il faut non seulement se méfier constamment, mais aussi en faire un suspect par défaut, aussitôt qu'il atteint la maturité physique (dominante) pour faire des dégâts. Prédateur sexuel, être de violence, une machine de destruction. Le petit gars mignon deviendra une bête dangereuse. C'est dans son ADN, ce sera son destin. Ainsi soit-il.

Tu travailles dans un milieu féminin, Chibougue? Mon meilleur ami est prof au niveau primaire. Il me raconte souvent son expérience, sa situation, qu'il accepte très bien, soit dit en passant... Mais c'est un milieu de femmes. Lui, c'est un homme. Pas très féminin, dois-je souligner. Or, le prof masculin est suspect, dès son arrivée. Surtout dans un milieu d'enfants. Pour plein de raisons, que l'on devine sûrement...

Il y a, et ce depuis bien avant le mouvement metoo et l'élan plus radical du féminisme, un pattern de deux poids, deux mesures, où il est possible pour un homme d'abuser d'une femme mais qu'une femme ne peut pas abuser d'un homme. Pire: ça vire en blague. Les humoristes en font des jokes dont tout le monde rigole, hommes ou femmes. C'est drôle rire des pauvres gars qui se jouent en victimes. L'homme est un prédateur, pas une victime. L'homme est fort et viril, ça ne pleure pas, un homme, ce n'est jamais faible un homme. C'est une bête, un monstre avec le potentiel d'être un tueur. Et ne l'oublions jamais... Gardons toujours un oeil sur ce pitbull, un jour il pourrait mordre. Un jour il mordra. Un jour il va dévisager cette fillette.

Un gros paquet de préjugés et de généralités totalement grossières et absurdes, qu'on est en train d'étendre partout dans la société occidentale. On tente stupidement de compenser des siècles ou des millénaires d'abus, d'inégalités et d'injustices en pesant le plus fort possible de l'autre bord... Breaking news: on ne règle pas des inégalités en créant d'autres inégalités. On ne vengera pas le passé. Le petit garçon mignon n'a pas à payer pour l'homme des cavernes qui violait la femme dans la caverne du voisin, avant de tuer tout le monde avec une mailloche pour les manger. L'humanité à évoluée jusqu'à produire le petit-garçon-mignon. C'est vrai que, biologiquement, il a le potentiel pour être un individu dominant, dangereux, un tueur ou un violeur peut-être, même. Mais est-ce qu'il faut lui inculquer le réflexe de se sentir coupable d'être un mâle? Faut-il constamment lui rappeler qu'un pitbull sommeille en lui? Que de se féminiser, émotionnellement et mentalement, est sa seule porte de sortie?

Of course, les pays qui ne respectent pas le droit des femmes justifient ces préjugés... Comment faire autrement? Si quelque part sur la planète terre les mâles agissent comme des monstres, c'est que le ''combat'' n'est pas terminé.

Combat? Guerre des sexes, donc. On ne se bat pas contre des individus ou des cultures ou des manières de gouverner... Non. On se bat contre un genre, contre les mâles. How convenient.

Permettez-moi donc d'être férocement contre les raccourcis intellectuels, les sophismes, les préjugés. Surtout ceux qui alimentent la guerre des sexes que les Donald ''grab her pussy'' Trump de ce monde ont réveillé.

De toutes les guerres possibles, c'est la plus absurde.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
3
3
9
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

18 nov. 2019, 20:20

désolé du topic-buster :smile:


la suite de ce débat ici:

viewtopic.php?f=40&t=1627



laissons ce topic pour le bouquin de Larry Tremblay.

Avatar de l’utilisateur
chibougue
0
1
9
5
6
Inscription : 24 mai 2017, 11:45

18 nov. 2019, 22:29

Intéressant réflexion.

Le mâle a mauvaise presse depuis quelques années, je ne peux le nier.

D'un autre côté, la réalité contre laquelle le livre de Tremblay s'élève a existé pendant des siècles et continue d'exister dans plusieurs sociétés de nos jours. En inversant les rôles, ce que l'auteur tente de démontrer c'est surtout l'absurdité derrière la domination d'un sexe sur l'autre, quel qu'il soit.

En ce qui me concerne, en ayant recours à la fable, il fait cette démonstration avec beaucoup d'efficacité.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
3
3
9
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

20 nov. 2019, 12:08

chibougue a écrit :
18 nov. 2019, 22:29
(...) l'absurdité derrière la domination d'un sexe sur l'autre, quel qu'il soit.

En ce qui me concerne, en ayant recours à la fable, il fait cette démonstration avec beaucoup d'efficacité.
Au risque de me répéter, je ne sais pas si l'auteur a fait preuve de la nuance que cette ''démonstration'' commande -je n'ai pas lu le bouquin- mais je juge du concept assez sévèrement.

Déjà, toi tu peux lire qu'il dénonce '' l'absurdité derrière la domination d'un sexe sur l'autre, quel qu'il soit '' alors que ton voisin (ta voisine...) pourrait y lire autre chose.

Ces temps-ci, je ne vois pas beaucoup de nuances dans le discours féministe. Je ne vois pas beaucoup d'effort ou même d'intérêt pour s'assurer que ni un ni l'autre ne domine, mais plutôt juste donner un gros coup de barre, no matter what. L'odeur de la vendetta millénaire est bien présente dans l'air, n'en déplaise aux bien-pensants.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
3
3
9
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

20 nov. 2019, 12:16

Déjà, toi tu peux lire qu'il dénonce '' l'absurdité derrière la domination d'un sexe sur l'autre, quel qu'il soit '' alors que ton voisin (ta voisine...) pourrait y lire autre chose.
Guerre des sexes... bouquins... C'est quelque chose qui me touche énormément parce que c'est une très grosses partie de mon propre bouquin. Sans être le sujet central, ça prend énormément de place, et ce, dans un contexte assez cru et extrême.
Et je mets des efforts, via la trame narrative et, surtout, mes personnages, pour éviter de tomber dans les pièges, les clichés, tout ce qui pourrait mener vers un pattern de guerre des sexes (et l'inévitable prise de position de l'auteur qui va avec...).

Je serais très décu, fâché même, que mon bouquin puisse être considéré comme féministe ou masculiniste. Faire preuve de nuance dans ce débat est, à mon avis, un devoir.

Comme je disais précédemment, la guerre des sexes est absurde. Il ne faut pas l'alimenter, d'aucune façon.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
3
3
9
6
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

20 nov. 2019, 12:25

chibougue a écrit :
17 nov. 2019, 06:41
Ce qui peut paraître "têteux" chez nous par les temps qui courent peut être hautement subversif ailleurs.
Je dois préciser, Chibougue, que j'ai utilisé le terme ''têteux'' parce que j'ai observé plusieurs hommes dans ma vie faire des espèces d'auto-flagellations (because être un mâle) avec visiblement comme objectif de ne pas déplaire aux femmes/féministes.

Ironiquement, en voulant éviter une certaine confrontation, ce genre de geste alimente justement le pattern de guerre des sexes.

Default Avatar
pezzz
0
0
3
9
5
Inscription : 12 juin 2017, 13:35

20 nov. 2019, 12:55

Mettons que quand le discours public considère Martine Delvaux comme une grande auteure/essayiste/philosophe/whatever, la table est mise en titi pour ben du délire.