Sexisme inversé

par Verbo

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

08 avr. 2018, 07:14

http://www.lapresse.ca/debats/chronique ... nverse.php


L'erreur dans leur approche égalitariste n'est pas de fantasmer sur une société très matriarcale, seuls des masculinistes encore plus à côté de la track que les féministes va trouver cela.

Chaque individu est unique par contre en moyenne les femmes et les hommes sont bien différents.

Être un objet sexuel ? C'est le fantasme de plusieurs hommes, pas de tous.

Quand Roger Drolet qui était pourtant réactionnaire à mes yeux est 1000 fois plus direct sur la coche que ton mouvement féministe cela montre à quel point ces femmes sont perdues.

Si on va trop fort avec la responsabilité individuelle, ce n'est pas mieux. Les féministes renient même la dimension féminine.

Non elles combattent les clichés ? C'est une autre mauvaise lecture, le cliché est vrai mais est comme la moyenne en statistique, il faut l'accompagner d'une mesure de dispersion. Rien de mal à correspondre au cliché, rien de mal d'être différent aussi.

Inverser les rôles cela marche pas même s'il y a des exceptions ou que le monde change.

Une femme pogne car elle est belle, jeune et sexy.

Un homme pogne car il a réussi et est fort. Oui avec les signes de piastre sauf s'il est un ménestrel ou un Arsène Lupin qui fait rêver les et peut être leur amant. Des conteurs et curés autrefois ou les coureurs des bois.

La femme aime celui qui ose mais veut la sécurité en même temps.

L'homme veut quoi ? Cela dépend.

Avatar de l’utilisateur
jon8
0
2
1
8
8
Inscription : 15 avr. 2017, 00:26

08 avr. 2018, 10:06

Continue, Verbo, je t'écoute...

Avatar de l’utilisateur
Verbo
0
4
0
3
6
Inscription : 12 juin 2017, 13:42

17 avr. 2018, 12:54

C'est un éternel débat mais si tu es Rima Elkouri tu vas juste regarder les choses avec une seule paire de lunettes, offrant alors un regard biaisé et partisan, Lortie c'est pareil.

Leur métaphore sociale équivaut au côté répugnant à la métaphore de l'organisation vue comme un instrument de domination. Métaphore énoncée par Gareth Morgan dans son ouvrage. Cette métaphore a des forces et des faiblesses, il faut donc en utiliser plusieurs. Mais quand tu es un militant, un partisan plus qu'un gestionnaire mais un gestionnaire moderne et ouvert tu utilises celles qui te favorisent.

Le gestionnaire dépassé la machine, le militant dénonciateur celle du côté répugnant.

1. https://books.google.ca/books?id=JdyWB4 ... &q&f=false


(Côté répugnant mais elles plus particulièrement pour la situation des femmes )

2.La vraie vie qui combine l'ordre et le désordre.

https://books.google.ca/books?id=JdyWB4 ... &q&f=false


https://books.google.ca/books?id=JdyWB4 ... &q&f=false


L'ordre naît du chaos. Voyez comment les journalistes politiques n'y comprennent rien.


3. Le gestionnaire dépassé mais encore omniprésent en Amérique du Nord.

https://books.google.ca/books?id=JdyWB4 ... &q&f=false


Cela ne veut pas dire de se débarrasser complètement de cela mais faire en sorte que ce ne soit plus la pensée dominante ou encore faire en sorte là où la bureaucratie est inévitable de la rendre moins lourde, plus humaine.